Convertir la biomasse en gaz naturel : une option sûre sauver la planète

Depuis la préhistoire, les Hommes utilisaient du bois pour produire du feu. La chaleur dégagée par la combustion de cette matière est donc la plus ancienne forme d’énergie existante. Aujourd’hui, l’énergie issue de la biomasse sert à produire de l’électricité et du gaz, qui plus sont écologiques, puisque n’ayant aucun impact négatif sur l’environnement. C’est pour cette raison qu’elle fait partie des formes d’énergie les plus promues à notre ère où la protection de l’environnement se situe au centre de toutes les préoccupations. Souhaitez-vous participer à la sauvegarde de la planète ?

Qu’est-ce que la biomasse ?

 

La biomasse est l’ensemble des matières organiques d’origine fongique, animale, végétale, bactérienne, et donc putrescibles, utilisables comme source d’énergie renouvelable. Il s’agit par exemple :

  • Des microalgues ;
  • Des champignons ;
  • Du bois, de la sciure ;
  • Des résidus verts : substrats végétaux, déjections d’animaux ;
  • Des déchets textiles et d’origine industrielle ;
  • Des journaux et emballages en papier ;
  • Des boues d’épuration, etc.

Il faut distinguer deux types d’énergie issue de la biomasse :

  • L’énergie par combustion: brûlure des matières organiques pour produire du feu ;
  • L’énergie par méthanisation: fermentation des matières organiques pour produire du biogaz.

Dans le deuxième cas, il existe une possibilité de brûler le biogaz obtenu qui servira, après épuration, à la production de chaleur ou d’électricité (biométhane). Il sera donc injecté dans un réseau de gaz naturel ou utilisé sous forme de carburant pour faire fonctionner les véhicules.

Quelle que soit la forme, l’objectif reste le même : offrir à grande échelle aux consommateurs une énergie verte qui servira au chauffage et à la production d’eau chaude sanitaire.

 

Comment bénéficier de l’énergie biomasse ?

 

La première des choses à faire est de réaliser un bilan énergétique de votre logement. En fait, le principe de fonctionnement d’une chaudière biomasse reste en réalité le même que celui d’une chaudière à gaz ordinaire.

Après le bilan énergétique, il faudra vous poser la question de savoir quel combustible vous souhaitez utiliser. Plusieurs choix s’offrent à vous :

  • Les granulés de bois: de petits cylindres composés de sciure/copeaux, mesurant entre 0.5 et 3 cm, qui offrent un rendement entre 75 et 100 %, produisant jusqu’à 1 000 kWh ;
  • Le bois de bûche: un résidu brut issu de l’exploitation du bois, moins onéreux, offrant un rendement entre 50 et 90 %, produisant pour un stère 1 000 à 1 500 kWh ;
  • Les plaquettes industrielles/forestières: provenant du broyage de bois, moins onéreux et permettant un rendement entre 75 et 95 %, produisant entre 500 et 1 000 kWh.

Après avoir choisi le combustible, vous choisirez le type de chargement que vous préférez.

Pour un chargement automatique, l’alimentation de la chaudière est programmée. Quand vient le moment, le combustible est aspiré vers la chaudière ou acheminé grâce au mouvement rotatif d’une vis sans fin. Mais ce type de chaudière nécessite un espace plus grand qui servira au stockage d’une importante quantité de combustible, généralement dans un silo, afin d’accroître l’autonomie.

Dans le cas d’un chargement manuel, vous devrez approvisionner vous-même la chaudière en combustible, généralement chaque 4 à 8 heures, ce qui peut être assez contraignant. Par contre, il n’y a aucun besoin de grand espace puisque la chaudière ne sera pas forcément positionnée à côté du combustible. En plus, vous n’aurez pas besoin d’en stocker une grande quantité.

Après avoir élucidé ces préoccupations, vous ferez appel à un expert installateur certifié « QualiBois », qui, en plus de ses conseils pour une utilisation optimale, vous recommandera certainement les équipements labellisés « Flamme Verte ».

 

Combien coûte cette option ?

 

Les différents modèles de chaudière biomasse existant sur le marché vous permettront de réduire votre facture de 30 à 60 % par rapport à une chaudière à gaz/fioul. En fonction donc des types de combustible et de chargement choisis, le coût sera différent.

De façon générale, l’investissement pour une chaudière biomasse varie entre 5 000 et 25 000 euros, y compris les frais de pose. Ce qui représente une option très rentable économiquement puisqu’elle est amortie au bout de 5 à 10 ans, du fait du faible coût des combustibles comparé au gaz/fioul.

Mieux, il existe des subventions départementales et régionales pour vous soutenir. Vous devriez vous renseigner sur :

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ;
  • La prime coup de pouce chauffage ;
  • Les aides de l’Anah ;
  • Les aides des collectivités locales ;
  • L’éco-prêt à taux 0 ;
  • Les primes à la conversion ;
  • La réduction de la TVA à 5,5 %, etc.

 

Comparez les offres pour trouver la meilleure option

 

Tous les fournisseurs d’énergie se font la concurrence pour gagner et conserver des parts de marché, il est important de comparer les offres pour un choix objectif et optimal. Pour cela, nous vous proposons d’utiliser un comparateur qui est un dispositif vous permettant d’avoir une vue globale des offres afin d’évaluer leur pertinence par rapport à vos besoins ainsi que vos ressources financières.